Si vous avez incorporé les pratiques culturelles de base dans l’entretien de votre pelouse tel qu’un arrosage adéquat, une tonte régulière et l’utilisation engrais, il est maintenant temps pour vous d’envisager d’autres soins mineurs, qui doivent être effectués une fois de temps en temps, mais qui apporteront de grands avantages à votre gazon. Pour maintenir une belle pelouse verte et en santé afin de pouvoir vous étendre au soleil en été, il est nécessaire de l’aérer au printemps. Pendant l’année, votre gazon subit plusieurs stress, tels que le piétinement ou les tontes fréquentes, qui ont pour effet de compacter le sol et de bloquer l’apport d’oxygène aux racines. Découvrez comment bien aérer sa pelouse ? 

Aération : une opération trop souvent négligée, mais d’une importance fondamentale pour la bonne santé du gazon.

Pour ceux qui ont la chance d’être entourés d’un jardin, il est important de prendre soin de l’espace vert. L’une des périodes les plus délicates est le printemps, où il faut préparer le sol pour la fertilisation et les semis.

Comment préparer au mieux le sol ?

La première étape consiste à aplanir les irrégularités formées par le gel avec un rouleau. C’est important car une pelouse bien ventilée permet à l’eau, à l’oxygène et aux nutriments de pénétrer et d’atteindre facilement les racines, favorisant ainsi une croissance saine et forte et la capacité à résister à la chaleur et à la sécheresse de l’été. Il est bon de ventiler lorsque le sol est humide, mais il ne doit pas être trop mouillé sinon les lames du scarificateur de pelouse auraient du mal à s’enfoncer dans un sol détrempé. Il suffit d’arroser la pelouse quelques heures la veille, par exemple, pour créer la bonne consistance. Si, en revanche, le sol est particulièrement dur et aride, l’opération d’irrigation peut être répétée pendant plusieurs jours, toujours pendant quelques heures. L’important est d’éviter l’aération lorsqu’il fait trop chaud et en période de sécheresse. En général, c’est la période du printemps qui est la plus adaptée à ce type de pratique, bien que dans certains cas, notamment dans les zones très arides, il est habituel de la répéter en automne, c’est-à-dire après la saison chaude de l’été.

Quels outils peuvent être utilisés pour aérer le sol ?

Il est possible d’effectuer l’aération avec des outils manuels spéciaux ou avec le support de machines électriques ou d’éclatement. La première solution convient aux pelouses peu étendues, tandis que dans le cas de pelouses plus étendues, il vaut la peine d’utiliser des machines de forage. La fourche à dents creuses est un exemple d’outil manuel qui permet de faire des trous dans le sol, espacés de 10 à 15 cm, en forçant le pied. Il existe également un type qui peut être appliqué directement sur les chaussures, puis utilisé en marchant sur un sol herbeux. Dans ce cas, les déchets végétaux doivent ensuite être collectés en ratissant bien le champ. Parmi les scarificateurs électriques, en revanche, il existe de nombreux modèles qui effectuent également la collecte des déchets en les plaçant dans un panier spécial amovible. Le choix des machines peut être basé sur deux types : celles qui ne font que l’enlèvement de ce qui est appelé le feutre, et celles qui font également de légères incisions dans le sol. En tout cas, que votre choix, en fonction de la taille et des caractéristiques de votre pelouse, vise l’utilisation d’outils à main, électriques ou à éclater, considérant que l’utilisation est limitée à un maximum d’une fois deux par an, et compte tenu des coûts liés à un éventuel achat, il est fortement recommandé de louer ces outils. Les économies sont nettes et surtout vous avez la garantie de leur fonctionnement même après un certain temps. Il est important d’aérer votre pelouse sans encombrer vos dépôts d’outils que vous n’utiliseriez plus. À la fin de l’opération, vous pouvez commencer à concevoir votre jardin et commencer à l’imaginer complètement épanoui.