Agrostemma githago L.

Noms dans les flores
Flora helvetica : Agrostemma githago L. Cnrs : Agrostemma githago L. Coste : Lychnis githago (L.) Scop.
Autres synonymes en fin de fiche.
Présentation
La Nielle des blés est une plante magnifique qui a failli disparaître du fait des traitements qui la visaient. Très toxique, elle rendait la farine impropre à la consommation, le blé étant alors juste bon à donner aux vaches : elle n’est pas toxique pour les bovidés. Introduite (depuis toujours ?), elle est devenue plante des moissons.
Noms français : Nielle, Nielle des blés, Nielle des champs. Famille des Caryophyllacées. English : Common Corncockle, Corn Cockle, Corn Pink, Githage. Espanol : Negrillón de los trigos. Italiano : Gittaione comune. Classe : Angiospermes Dicotylédones. .

 

Ci-dessous à gauche Réf. 110513-097. À droite, clic sur la première vignette pour agrandir puis lancer ou non le diaporama (play) :

agrostemma

Étymologie : De agros « champ » et stemma « couronne », utilisable pour les couronnes de fleurs champêtres, d’après Fournier, une étymologie qui semble fantaisiste et éloignée du sens vernaculaire. L’idée est plutôt « couronne des champs » dans le sens de « la plus belle fleur des blés », ou peut-être une allusion au calice qui forme une couronne en étoile à 5 branches autour de la corolle.
L’épithète githago est le nom latin des graines. Il proviendrait de l’hébreu « khitah » qui désignerait le froment.
Le français « nielle » est issu du latin nigella, de même sens, « noirâtre », qui a également donné « nigelle », et qui réfère aux graines noires de la plante.
Il y a deux sens différents au terme nielle. Il désigne la plante, dont les graines très toxiques, mêlées au blé le rendent impropre à la consommation (de même taille que les grains de blé, elles étaient difficiles à trier), et une maladie des céréales qui transforme l’épi en une poudre noirâtre. Ne pas confondre donc la nielle des blés (la plante) et la nielle du blé (la maladie).
La maladie provoquée par la plante s’appelle githagisme. Elle est due à une saponosine, l’agrostémine. Elle provoque lassitude et diarrhées pouvant entraîner la mort.
La maladie du blé, la nielle, dont on a longtemps cru qu’elle était due à un champignon, est en fait due à un Nématode, Anguina tritici, l’anguillule du blé, sorte de ver mais d’un autre groupe zoologique avec divers parasites (oxyrures, ascaris, elephantiasis). Elle était porteuse de famine (comme la rouille) et crainte comme un fléau divin (voir la Bible, exemple, Deutéronome « Le Seigneur te frappera de consomption, de fièvre, d’inflammation, de brûlures, de sécheresse, de rouille et de nielle, qui te poursuivront jusqu’à ce que tu disparaisses. »).
La maladie a été nommée comme la plante par une spécialisation de sens (1538), par comparaison entre les graines de la plante et celle des grains de blé affectés.
Les dérivés nieller « gâter par la nielle », dénieller, déniellage « éliminer la nielle », niellure « effet de la nielle sur le blé » concernent la maladie et non la plante, maladie parfois appelée charbon par confusion.
À noter que ces mots ont également d’autres sens en orfèvrerie, construits sur nieller « orner d’émail noir » (d’où niellure, nielleur, niellage).

 

Caractères distinctifs
Agrostemma githago ne peut pas être confondue avec une autre, ne fut-ce que par son calice qui dépasse plus ou moins largement la corolle, formant une étoile à 5 branches.
Il existe par contre un risque de pollution génétique avec des formes variées, du fait qu’elle est désormais cultivée pour les rocailles..Milieu principal
Cultures.Statut, protection
Protection régionale : Alsace, Limousin.

Écologie
Moissons, autres cultures, friches ouvertes : annuelles commensales des cultures basophiles dans l’association du coquelicot, Papaver rhoeas.

Étage, altitude
De la plaine à l’étage montagnard, jusque vers 1800 m, et plus généralement partout où il y a du blé.

Répartition
Probablement méditerranéenne mais trouvée sauvage nulle part, devenue cosmopolite : France, Europe, Asie, Afrique, Amérique du Nord.
Voir la carte

Floraison
Début d’été, juin et juillet.

Description
Taille 40 cm à un mètre. Fleur rose rouge avec du blanc, de clair à foncé. Port dressé, aérien.

Type biologique
Annuelle d’été (thérophytes estivaux).

Classification
Règne : Plantae
Embranchement : Spermatophyta (Angiospermae)
Classe : Dicotyledones
Famille : Caryophyllaceae
Genre : Agrostemma.

coste-agrostemma-githago


Description de Coste (tome 1, taxon n° 460)

Lychnis githago Scop. – Nielle des blés

Plante : annuelle, atteignant 1 mètre, dressée.
Pilosité : toute velue soyeuse.
Tige : simple ou bifurquée au sommet.
Feuilles : linéaires lancéolées, aiguës.
Fleurs : rouges, rarement blanches, grandes, solitaires, longuement pédonculées.
Calice : ovoïde, contracté au sommet, hérissé, à 10 côtes, à dents linéaires, foliacées, dépassant la corolle.
Corolle : pétales entiers ou émarginés, sans écailles à la gorge, à onglet muni de bandelettes ailées.
Fruit : capsule grosse, ovale, sans carpophore, ni cloisons, à 5 dents

Autre synonymie : Lychnis githago var. nicaeensis Willd., Lychnis agrostemma Ledeb., Githago nicaeensis Link, Agrostemma nicaeense Pers., Agrostemma githago var. nicaeensis (Pers.) Rouy & Foucaud, Silene githago (L.) Clairv., Lychnis segetum Lam., Lychnis segetalis St.-Lag., Lychnis githago (L.) Scop., Githago segetum Link, Githago segetalis St.-Lag., Agrostemma infesta Salisb.